Mange ton sapin !

A la fin des fêtes on se retrouve parfois avec un énorme conifère au milieu du salon. Et à part l’envoyer en déchèterie on en fait pas grand chose. Figurez-vous que vous pouvez le cuisiner ! En dessert ou en plat vous découvrirez qu’on peut amuser son palais de goûts forestiers des plus étonnants ! Cela ne vous permettra pas de recycler tout votre sapin mais de rester curieux.ses des merveilles de la nature !

Mange ta forêt : précisions botaniques

Illustration de conifères comestibles interessants, réalisée pour mon livre en cours : “Sauvage”.

Toutes les espèces d’épicéas pins et sapins sont comestibles en dehors de l’if. En France, traditionnellement, c’est l’épicéa commun (Picea Alba) qu’on trouvera dans les salons. Le sapin de Noël est ainsi appellé communément mais à tord. Au niveau botanique, c’est un Conifère, (ou Pinophytes, qui signifie littéralement « qui porte des cônes »). Les conifères regroupent les familles des épicéas et des sapins. Mais aussi pins, cèdres, pruches, douglas, mélèzes, cyprès, genévriers, araucarias, agathis, podocarpes, séquoias, thuyas et les ifs. L’épicéa est cependant supplanté par le sapin de Nordmann (Abies nordmanniana) qui sera moins goûtu (mais très fréquents dans vos salons). Ou encore le sapin noble (Abies procera), Le Douglas (pseudotsuga menziesii), le sapin de Fraser (Abies Fraseri) qui conserve mieux ses aiguilles. Enfin, le sapin Baumier (Abies balsamea) qui a la réputation d’être très parfumé.

If = Toxique

Identifiez votre sapin, L’if est toxique :

L’if est un conifère non résineux extrêmement toxique. On le distingue par ses baies rouges et le fait que ses aiguilles, plates et non pointues, poussent en spirale le long des branches.

Cuisine ton sapin :

Façon de parler, mais c’est vrai, il y a mille et une façon de cuisiner les conifères, une fois bien identifiés. Assurez-vous aussi de sa provenance… . Le Cambium de l’arbre (partie tendre du bois sous l’écorce), une fois bouilli, est utilisé comme une nourriture de survie extrêmement nutritive (plus que les pommes de terre, on y trouve des minéraux et de la vit.C). Dans les pays nordiques, on a pour habitude de fumer le poisson avec des écorces d’épicéas. Pour ma part j’adore en récolter les jeunes pousses printanières pour en faire un sirop délicieux ou une tisane. On peut aussi hâcher les jeunes aiguilles pour agrémenter un plat ou une salade. Pour dire vrai, il est plus simple de cuisiner l’épicéa au printemps à l’arrivée des jeunes pousses, lorsque les aiguilles sont jeunes et tendres. Néanmoins, même en hiver ces arbres restent une épice de choix, sucrés ou salés. On pourra utiliser l’écorce et les aiguilles pour faire mariner des plats, les infuser dans du lait, de l’eau, de l’huile ou du vinaigre, les utiliser pour cuire des légumes à la vapeur (on placera l’écorce dans l’eau et la vapeur viendra donner un goût étonnant aux légumes). Chaque espèce possède son goût propre, plus moins interessant, plus ou moins résineux, boisé, orangé ou citronné.


>> Gravlax de Truite aux écorces <<

600 g de truite (coeur de filet, de préférence issue d’élevage biologique)-200 g de gros sel-200 g de sucre-mélange de poivre noir, coriandre et baies roses-une poignée d’écorces de votre conifère. Cette recette peut aussi se faire avec du saumon mais c’est souvent moins local ou moins “bio”, ou un tofu nature si vous avez tiré un trait sur votre nature omnivore (choisissez un soja local et biologique de préférence histoire de pas déforester l’Amazonie).

Dans un bac, mélangez sel, sucres, épices et écorces, disposez-y votre truite écailles vers le haut bien pressée dans ce mélange, filmez le tout et placez au frais avec un poids sur le filet. Le tout doit être mis au froid positif (au dessus de 0C°, dans l’idéal au bas du frigo) durant 24h. Le lendemain rincez et essuyez le filet, coupez-le en tranches, assaisonnez-le (mélange de baies, poivre, aneth, aiguilles d’épicéas ciselées ou écorce mise en poudre). Vous pouvez ensuite le servir directement avec un peu de citron (orange ou pamplemousse) ou le conserver au frais dans un torchon sec.


>> Granité de Sapin <<

1L d’eau-150g de sucre-300g d’aiguilles de votre conifère

Avec vos aiguilles créer 3 portions. On mettra la première à bouillir avec l’eau et le sucre durant 20min, puis la deuxième à infuser 15 min et la troisième fraiche. On mixera enfin le tout. Filtrez puis faites le sorbet. Soit via une sorbetière, soit en mettant le tout à congeler une nuit, puis vous viendrez gratter à la cuillère pour obtenir une texture granitée de sorbet.


>> recettes sauvages, Idées en vrac <<

Crème brûlée au sapin (infusez les aiguilles dans le lait à la place de la vanille). Huile d’olive au sapin (créez une huile que vous pourrez réutiliser dans de nombreux plats). Sirop de sapin (infusez dans de l’eau et pas mal de sucre). Imaginez un plat de la forêt avec des pommes de terres cuites vapeur avec des écorces. Servies avec votre récolte de champignons. Un gigot de chevreuil cuit dans une marinade aux aiguilles de pins avec une petite sauce aux myrtilles ;). Un plateau de fromage avec un chèvre roulé dans des aiguilles hachées ou une écorce râpée…etc.

Bref testez et surtout amusez-vous de ce gros sapin !


A propos de l’auteure :

Je m’appelle Alice Fauconnier et suis une dessinatrice passionnée par la nature. J’ai créé Little Wild Leaves pour ensauvager vos vies ! .

En ce moment je travaille sur l’illustration et l’écriture d’un futur livre : ‘Sauvage, précis illustré d’un retour à la Nature ” sur les plantes sauvages comestibles.

Découvrez et soutenez mon projet d’auto-édition :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier