Guillaume Nery : le souffle de l’océan

Se dépasser, se surpasser, partir à la découverte des capacités inexploitées du corps humain, oeuvrer pour la protection des océans, et faire découvrir au grand public les profondeurs sous-marines, voilà le métier de Guillaume Nery. Cet apnéiste de 39ans, quatre fois champion du monde, nous offre à voir, l’art de vivre esthétique et puissant d’un Homme connecté et en symbiose totale avec l’océan nous replongeant tout droit dans le film culte de Luc Besson Le Grand Bleu.

Guillaume Nery apnée apnéiste illustration océan écologie dessin

Un chemin des profondeurs et de l’extrême:

A 19 ans il égale le record du monde du moment en poids constant. A 20ans il est le plus jeune recordman de l’histoire de l’apnée; et a 24ans, dans la discipline No limit, il bat le record du célèbre Jacques Mayol, en atteignant une profondeur de -109m. Plus tard, il passe la barre des -120m, puis -129m. En 2015, ce fût les -139m, mais en remontant vers la surface il frôle la mort…un sévère oedème pulmonaire aura raison de son goût pour l’extrême et la compétition. Depuis, il se consacre à la promotion de l’apnée et des mondes aquatiques.

Danse avec les vagues

Avec l’aide de sa compagne, Julie Gautier, il crée le label les films engloutis. Julie Gautier est apnéiste et vidéaste de talent mais aussi modèle et danseuse. Ses films sont donc une ode aux espaces naturels marins teintés d’une approche poétique et esthétique inégalés. Les bleus sont profonds, les musiques intenses, les gestuelles travaillées, tels des ballets subaquatiques surréalistes…Guillaume Nery marche dans l’eau porté par le courant, saute des falaises sous-marines. Laissant entrevoir toute la richesse de ces espaces trop méconnus, ces films deviennent pour le couple un support d’engagement écologique fort.

https://www.youtube.com/embed/v11b84Okcm8?feature=oembed

Rendre à la mer ce qui lui appartient

Le parcours de Guillaume Nery et de Julie Gautier est aussi une grande leçon d’humilité face à la mer. Leurs films ainsi que les allocutions régulières de l’apnéiste dans les médias, révèlent un engagement constant pour la protections des mers, des océans et des espèces aquatiques. Guillaume Nery alerte sur l’urgence d’agir face au réchauffement climatique qui détruit les coraux, et l’ensemble de l’écosystème. Il dénonce la pêche industrielle qui détruit, voire anéantit, les animaux marins, affirme son végétarisme disant ne plus consommer de produits de la mer. Il s’insurge aussi contre la pollution chimique, plastique et micro plastique, de ces espaces naturels.

« On ne peut pas vouloir protéger les océans si on ignore à quel point tout est éminemment lié. Les problèmes d’agriculture ont un impact sur les océans par l’utilisation des pesticides. Ceux-ci vont se retrouver à un moment ou un autre dans l’eau, donc dans les poissons qui vont être consommés par des humains. »

(…)Cette interconnexion nous montre le fragile équilibre de notre planète. J’ai vu disparaître en quelques années des récifs coralliens, en Polynésie notamment. Comme je suis un témoin privilégié, j’essaie de mettre la lumière sur cette problématique, mais en même temps, j’ai bien conscience que je dénonce quelque chose dont je fais partie. »

Respirer sous l’eau

« J’ai l’impression d’être chez moi, de ne plus avoir besoin de respirer. Je suis devenu un amphibien, un terrien aquatique. »

Guillaume Nery symbolise aussi l’adaptation parfaite de l’Homme a son milieu naturel. Il démontre que l’homme, comme n’importe quel mammifère est en mesure de survivre sous l’eau repoussant les limites de notre imaginaire concernant les capacités humaines. Une fois sous l’eau, le corps humain a des mécanisme d’adaptations exceptionnels, comparables(mais moindres) à ceux des cétacés ou d’oiseaux aquatiques comme les pingouins : c’est ce qu’on appelle le réflexe d’immersion ou Diving reflex. Dès l’immersion du visage dans une eau à moins de 21C°, le nerf trijumeau envoie des informations au coeur afin qu’il ralentisse son rythme. Ensuite, l’immersion en profondeur induit des phénomènes de pression qui créent une vasoconstriction périphérique. En clair, le corps met au repos la circulation sanguine des extrémités puis des membres afin d’irriguer en sang, et donc en oxygène, les organes vitaux. Cela permet également de compenser la pression sur la cage thoracique. Ce Diving reflex se travaille cependant par un exercice intense sur le contrôle du tonus, de la relaxation(laisser-aller) et de la respiration afin d’augmenter les possibilités de stockage et de gestion-consommation de l’oxygène. Guillaume Nery pratique donc également le yoga « Il faut savoir que pour les apnéistes le yoga permet d’être plus souple au niveau de la cage thoracique pour mieux accepter la pression dans les grandes profondeurs. » Sa technique de respiration avant de plonger en est d’ailleurs, paraît-il, inspirée : un petit extrait en vidéo plus bas si l’envie vous prend d’essayer dans votre baignoire.

LittleWildLeaves_Illustrations et textes.

https://www.youtube.com/embed/CC6bip-VCxg?feature=oembed

>> Partagez cet article si il vous a plu ! Merci. <<

Restons en contact !

la Newsletter pour recevoir des actus créatives et sauvages mais aussi des réductions et petites surprises !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier